Histoire

 

Gandhi

Gandhi

Inde : chronologie historique par Olivier Pironet, août 2007

Le Monde diplomatique a publié en 2007 une chronologie historique que nous reproduisons ici. 

 

Expansion et déclin de l’Empire moghol

1526-1530. Le chef turc Babur Chah s’empare de Delhi et d’Agra, où il établit sa capitale, et règne sur tout le nord du pays jusqu’au Bengale.

1530-1545. Son fils Homayoun est vaincu (1540) par l’Afghan Farid Khan (futur Sher Shah), qui réorganise l’armée, le système fiscal et l’administration, favorise le commerce, assurant la stabilité de l’Empire moghol.

1556-1605. Akbar, fils d’Homayoun, reconquiert le royaume de Babur, élargit et consolide l’Empire, poursuit les réformes. Il mène une politique d’ouverture à l’égard des non-musulmans et crée une « maison de religion » multiconfessionnelle.

1565. Les sultans des cinq royaumes musulmans du Deccan écrasent l’armée du royaume hindou de Vijayanagara.

1600. La reine Elisabeth Ire accorde à la British East India Company (Compagnie britannique des Indes orientales, CBIO) le monopole du commerce dans l’océan Indien. Création de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales en 1602.

1612. Ouverture du premier comptoir commercial anglais à Surat.

1627-1658. Règne de Chah Djahan. Il fait construire son palais à Chahdjahanabad, sur le site de Delhi, et le Taj Mahal à Agra. Il durcit la politique à l’égard des non-musulmans.

1639. La CBIO fonde Madras.

1658-1707. Aurangzeb, farouchement antihindou, étend l’Empire moghol mais doit faire face à la rébellion des Marathes hindous, des sikhs (dont il fait exécuter le guide spirituel) et des Rajput (princes guerriers du Rajasthan). Après sa mort s’amorce le déclin de l’Inde moghole.

1661. Bombay, aux mains des Portugais depuis 1534, passe sous contrôle anglais.

1664. Création de la Compagnie française des Indes orientales (CFIO). Ouverture des comptoirs de Pondichéry (1674) et de Chandernagor (1688).

1690. Fondation de Calcutta par les Anglais.

1717. Les Marathes consolident leur domination sur le Deccan.

1731. Fondation de la dynastie marathe sindhia par Ranoji Rao Sindhia, qui régnera sur le Gwalior jusqu’en 1947.

1739. L’armée persane s’empare de Delhi.

1742. Les Marathes conquièrent le Bengale. Joseph Dupleix est nommé gouverneur de Pondichéry, avec pour mission de renforcer la présence française.

1746. Prise de Madras par les Français, qui restituent la ville aux Anglais deux ans plus tard, après la signature du traité d’Aix-la-Chapelle.

1754. Les Marathes renversent l’empereur moghol Ahmad Chah Bahadur.

1757. Le Bengale passe sous domination britannique, aux dépens des Français. Les Marathes occupent Delhi.

1763. Le traité de Paris, qui met fin à la guerre francobritannique en Europe, ne laisse que cinq comptoirs à la France en Inde (Chandernagor, Karikal, Mahé, Pondichéry et Yanaon). La CFIO sera dissoute en 1769.

 

La domination britannique

1765. Le traité entre les Britanniques et l’empereur moghol accorde la souveraineté du Bengale, de l’Orissa et du Bihar à l’East India Company.

1767-1769. Première guerre du Mysore (aujourd’hui Karnataka) entre les Britanniques et le sultan Haider Ali, soutenu par les Français. Trois autres suivront, en 1780-1784, 1790-1792 et 1799.

1773. Le Regulating Act du Parlement anglais crée le poste de gouverneur général du Bengale.

1779-1782. Première guerre anglo-marathe.

1793. Le gouverneur général du Bengale règne aussi sur Madras et Bombay.

1796. Les Britanniques s’emparent des possessions néerlandaises à Ceylan (aujourd’hui Sri Lanka).

1798-1805. Outre le Mysore en 1798, les Britanniques annexent le Carnatic ainsi qu’une partie de l’Oudh en 1801, et imposent leur protectorat à l’empereur moghol Chah Alam en 1803, après avoir pris Dehli.

1799. Fondation d’un royaume sikh au Pendjab, renversé par les Britanniques en 1849.

1814-1816. Guerre entre les Britanniques et les Gurkha au Népal. Le traité de Segauli reconnaît l’autonomie du pays et prévoit l’installation d’un résident anglais à Katmandou.

1817. Ceylan se soulève contre les Britanniques, maîtres de l’île depuis 1815.

1819. Les Britanniques annexent les Etats marathes et contrôlent alors quasiment toute l’Inde, divisée en trois « présidences » : Calcutta, Bombay et Madras. Les sikhs, qui ont envahi le Multan l’année précédente, prennent le Cachemire aux Afghans.

1826. Les Britanniques s’emparent de l’Assam.

1828. Fondation du Brahmo Samaj, un mouvement ultranationaliste hindou.

1833. La couronne britannique contrôle directement le Bengale, le Bihar et l’Orissa.

1835. L’anglais remplace le persan dans les tribunaux et les administrations.

1839-1842. Première guerre d’Afghanistan, qui se termine par une débâcle britannique.

1843. Annexion du Sindh par les Britanniques.

1845. Les Pays-Bas et le Danemark cèdent leurs possessions indiennes à la Grande-Bretagne.

1846. Création de l’Etat du Cachemire, attribué au Rajput Gulab Singh, par les Britanniques. La famille régnera jusqu’à l’indépendance de l’Inde.

1849. Les Britanniques déposent le souverain sikh du Pendjab et annexent le royaume.

1852. La seconde guerre birmane conduit à l’annexion de la Basse-Birmanie.

1857-1858. La révolte des cipayes (soldats indiens servant dans l’armée) entraîne le premier soulèvement de masse contre la présence britannique. Elle est considérée comme l’acte de naissance du mouvement nationaliste indien.

L’empire des Indes

1858. Réorganisation du système colonial : destitution du dernier empereur moghol, administration directe de Londres sur le pays, sauf sur 562 petits Etats princiers. Lord Mayo est nommé vice-roi des Indes.

1861. Création du Conseil législatif impérial, organe consultatif nommé par le vice-roi.

1872. Assassinat de lord Mayo. Le mariage intercastes est légalisé.

1874. L’East India Company est officiellement dissoute.

1877. La reine de Grande-Bretagne et d’Irlande Victoria Ire est proclamée impératrice des Indes.

1878-1880. Les Britanniques établissent un semi-protectorat en Afghanistan, dont ils se retirent en 1880.

1881. Le royaume de Mysore est restitué à son souverain, qui prête allégeance à la reine Victoria.

1882. Loi sur l’autonomie locale qui instaure des municipalités élues.

1885. Fondation à Bombay de l’Indian National Council (Parti du Congrès).

1887. Le Baloutchistan est intégré à l’Empire britannique.

1904. Expédition britannique au Tibet.

1905. Le Bengale est divisé en deux entités administratives. Une partition rejetée par les nationalistes, qui y voient une faveur aux musulmans. L’unité sera rétablie en 1911.

1906. Création à Dacca de la Ligue musulmane. Réuni à Calcutta, le Parti du Congrès se prononce pour l’indépendance (svaraj).

1909. L’Indian Council Act autorise l’élection d’Indiens dans les conseils législatifs des provinces et institue le principe d’électorats séparés entre hindous et musulmans (revendication de la Ligue musulmane). L’indépendantiste hindou Bal Gangadhar Tilak est exilé en Birmanie.

1911. La capitale du pays est transférée de Calcutta à Delhi – rebaptisée New Dehli. Le roi George V s’y fait sacrer empereur des Indes.

1913. L’écrivain indien Rabindranath Tagore reçoit le prix Nobel de littérature.

1914-1918. Durant la première guerre mondiale, près de 1 700 000 Indiens combattent dans les rangs britanniques, notamment en Mésopotamie, en Palestine et en Afrique de l’Est.

1915. Mohandas Karamchand Gandhi adhère au Parti du Congrès. Les Britanniques instaurent la loi martiale au Pendjab et au Bengale.

1916. Le pacte de Lucknow consacre le rapprochement entre la Ligue musulmane et le Parti du Congrès.

1918. Le rapport Montagu-Chelmsford propose un système de partage des responsabilités gouvernementales et administratives entre Britanniques et Indiens.

1918-1919. Après une nouvelle guerre, la Grande-Bretagne reconnaît l’indépendance de l’Afghanistan.

1919. Une réforme (Government of India Act) étend la représentation communautaire dans les assemblées locales et crée une chambre princière consultative. Gandhi prend la tête d’une campagne de protestation contre la répression des activités « subversives ». Le 13 avril, à Amritsar, l’armée anglaise tire contre une manifestation : 400 morts et 1 500 blessés.

La marche vers l’indépendance

1920. Septembre : le Parti du Congrès décide de lutter pour l’indépendance par des moyens non violents (satyagraha). Gandhi lance le mouvement de non-coopération avec les autorités coloniales et de boycott du textile anglais au profit du tissu indien fait main (khadi).

1921. Août : répression contre le soulèvement des paysans moplah dans le Malabar (partie nord du Kerala) : 2 000 morts. 
Novembre : grève générale contre la visite du prince de Galles.

1922. Février : après la mort de 22 policiers au cours d’une émeute, à Chauri-Chaura, Gandhi décide de mettre fin au mouvement. Six mois plus tard, il est condamné à six ans de prison.

1924. Février : libéré, il décide se consacrer à la cause des intouchables et à la défense du khadi.

1925. Septembre : création du Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), basé sur le concept d’« hindouité » (hindutva), antimusulman et alors organisé sur le modèle des brigades mussoliniennes.

1926. Mars : instauration de la liberté syndicale.

1928. Août : la commission présidée par Motilal Nehru préconise un statut de dominion au sein de l’Empire. Refus britannique et rejet de la communauté musulmane.

1930. 26 janvier : son fils Jawaharlal Nehru, élu le mois précédent à la tête du Congrès, lance une campagne de désobéissance civile. 
Avril-mai : Gandhi organise la « marche du sel », est arrêté et relâché six mois plus tard. 
Novembre : 
première conférence de la Table ronde, à Londres sur le statut de l’Inde, boycottée par le Parti du Congrès. 
Décembre : le poète et philosophe Mohammad Iqbal propose la création d’un Etat musulman séparé.

1931. Mars : accord entre le vice-roi Irwin et Gandhi (pacte de Delhi), fin de la campagne de désobéissance civile. 
Septembre-novembre : 
échec de la deuxième Table ronde.

1932. Juin : lord Irwin déclare illégal le Parti du Congrès et fait arrêter Gandhi. 
Septembre : signature du pacte de Pune entre Gandhi et Bhimrao Ramji Ambedkar, leader des intouchables.

1935. Janvier : la Birmanie est séparée de l’Inde, avec un gouvernement autonome.

1937. Janvier : victorieux aux élections provinciales, le Parti du Congrès forme des gouvernements dans sept provinces sur onze.

1939. Octobre : les ministres congressistes démissionnent pour protester contre la décision britannique d’impliquer l’Inde dans la seconde guerre mondiale.

1940. Mars : la Ligue musulmane adopte à Lahore une résolution sur la création d’un Etat musulman indépendant, le Pakistan, après le départ des Britanniques. 
Octobre : Gandhi déclenche une nouvelle campagne de désobéissance civile.

1942. Août : Gandhi lance la campagne « Quittez l’Inde ! ». Le Congrès est interdit, tous ses leaders sont arrêtés.

1943. Octobre : Subhash Chandra Bose constitue à Singapour, occupée par le Japon, un « gouvernement de l’Inde libre » ainsi qu’une Armée nationale indienne (INA) encadrée par les Japonais. Le vice-roi des Indes décrète la loi martiale.

1944. Juillet : Gandhi renonce à exiger le départ des Britanniques, pour cause de guerre. 
Septembre : échec des entretiens entre Gandhi et Muhammad Ali Jinnah sur la question du Pakistan, la Ligue musulmane voulant ajouter au futur Etat musulman le Bengale-Oriental et l’Assam.

1945. Septembre : le Congrès rejette la proposition britannique d’autonomie interne. 
Décembre : début des élections générales et provinciales, émaillées d’incidents intercommunautaires.

1946. Mars : le gouvernement britannique du travailliste Clement Atlee se prononce en faveur de l’indépendance de l’Inde. Echec des négociations entre le Congrès et la Ligue musulmane.

Juillet : le Congrès remporte près de trois quarts des sièges à l’Assemblée constituante et forme un gouvernement provisoire.

Août : après l’appel au soulèvement des musulmans lancé par Jinnah et les milliers de morts à Calcutta, celui-ci accepte d’entrer dans le gouvernement dirigé par Nehru.

Octobre : les violences s’étendent au Bengale et au Pendjab.

1947. Mai : l’Assemblée constituante supprime l’intouchabilité.

Juin : le nouveau viceroi des Indes, lord Louis Mountbatten, présente un plan de partition de l’Inde et du Pakistan (lui-même constitué de deux territoires distincts, le Pakistan occidental et le Pakistan oriental).

Juillet : le Parlement britannique prévoit le transfert de souveraineté au gouvernement indien, la partition de l’Inde et du Pakistan ; les Etats princiers peuvent rejoindre l’un des deux pays.

Les années Nehru

1947. 15 août : indépendance de l’Inde et du Pakistan. La partition entraîne des massacres de grande ampleur au cours de l’été. Nehru devient premier ministre de l’Union indienne.

Octobre : l’intégration à l’Inde du Cachemire (prince hindou, population majoritairement musulmane) déclenche la première guerre indo-pakistanaise.

1948. 30 janvier : Gandhi est assassiné par un extrémiste hindou du RSS.

4 février : indépendance de Ceylan.

Septembre. Annexion de l’Etat princier de Hyderabad, (souverain musulman, majorité de la population hindoue).

1949. 1er janvier : cessez-le-feu au Cachemire entre l’Inde et le Pakistan sous l’égide des Nations unies, et définition d’une ligne de contrôle qui fait office de frontière.

1950. 26 janvier : proclamation officielle de la République indienne et entrée en vigueur de la Constitution. Nehru reste premier ministre, Rajendra Prasad est élu président.

1951. Octobre : début des premières élections générales libres, qui se termineront en février1952. Victoire du Parti du Congrès.

1953. Novembre : création de l’Andhra Pradesh. Le Jammu-et-Cachemire devient un Etat de l’Union indienne.

Décembre : signature d’un accord commercial avec l’URSS.

1954. Mars : Nehru refuse l’aide militaire des Etats-Unis et demande le départ des observateurs américains présents au Cachemire depuis 1949.

Octobre : traité d’amitié et de coopération mutuelle entre la Chine et l’Inde. Accord entre New Dehli et Paris sur la cession des cinq derniers comptoirs français (Mahé, Pondichéry, Karikal, Chandernagor et Yanaon).

1955. 15-25 avril : Nehru participe à la conférence afro-asiatique de Bandung (Indonésie).

Août : suspension des relations diplomatiques entre Lisbonne et New Delhi après la répression brutale de manifestations à Goa, dernière possession portugaise en Inde.

1956. Novembre : réorganisation territoriale qui découpe l’Inde, selon des critères linguistiques, en 14 Etats et 6 territoires.

1959. Mars : le dalaï-lama fuit le Tibet envahi par la Chine et se réfugie en Inde.

Août : incidents frontaliers entre Chinois et Indiens aux confins du Tibet.

1961. Décembre : les Indiens occupent Goa et annexent le territoire trois mois plus tard.

1962. Octobre-décembre : guerre sino-indienne à la frontière himalayenne, et victoire de la Chine : l’Inde perd l’Aksai Chin.

1964. 27 mai : mort du premier ministre indien Nehru. Lal Bahadur Shastri lui succède.

Deux décennies de plomb

1965. Août-septembre : deuxième guerre entre l’Inde et le Pakistan au Cachemire. Un cessez-le-feu est conclu sous l’égide des Nations unies.

1966. 24 janvier : Indira Gandhi, la fille de Nehru, devient première ministre après la mort de Shastri, le 11 janvier.

1971. Mars : large victoire électorale du Parti du Congrès. Indira Gandhi est reconduite dans ses fonctions.

Mars-décembre : le Pakistan oriental, soutenu par l’Inde, fait sécession et devient indépendant sous le nom de Bangladesh (16 décembre).

1972. Juillet : accord indo-pakistanais de Simla sur la nécessité de négociations bilatérales.

1974. 16 mai : premier essai nucléaire indien dans le désert du Rajasthan.

1975. 16 mai : le Sikkim devient un Etat indien.

26 juin : après l’invalidation de son élection pour fraude électorale en 1971, Indira Gandhi proclame l’état d’urgence – en vigueur jusqu’en mars 1977 – et fait arrêter les principaux dirigeants de l’opposition.

1977. 20 mars : victoire électorale du Janata Party (Parti du peuple) ; démission d’Indira Gandhi, arrêtée peu de temps après. Le conservateur Morarji Desai devient premier ministre.

1979. 26 juillet : scission au sein du parti Janata, la faction dirigée par Charan Singh forme un nouveau gouvernement.

1980. 14 janvier : Indira Gandhi redevient première ministre après la victoire électorale de son parti.

6 mai : création du Bharatiya Janata Party (BJP, Parti du peuple indien).

16 juin : mort de Sanjay Gandhi dans un accident d’avion.

1981. Juin : visite du ministre des affaires étrangères chinois, la première depuis 1962.

1982. 24 mars : nouveau coup d’Etat militaire au Bangladesh.

15 juillet : Giani Zail Singh, sikh, est élu président de la République.

1983. 15 février : massacre de Nellie en Assam, entre immigrés originaires du Bangladesh et du Népal et nationalistes hindous (près de quatre mille morts).

1984. 5 juin : l’armée donne l’assaut au Temple d’or d’Amritsaroù sont retranchés des autonomistes sikhs (700 morts).

31 octobre : Indira Gandhi est assassinée par ses gardes du corps sikhs. Son fils Rajiv lui succède. Un millier de sikhs sont massacrés au cours de pogroms.

3 décembre : à Bhopal, des milliers de morts après une fuite dans l’usine de pesticides d’Union Carbide.

Instabilité politique

1985. Mai : accord avec Harchand Singh Longowal, dirigeant sikh modéré qui sera assassiné trois mois plus tard.

Décembre : création de l’Association pour une coopération régionale de l’Asie du Sud (Acras, en anglais South Asian Association for Regional Cooperation).

1987. 20 février : jusqu’alors autonome, le Mizoram et l’Arunachal Pradesh (contesté par la Chine) deviennent les 23e et 24e Etats du pays.

11 mai : le Pendjab, majoritairement sikh, passe sous l’administration directe de New Delhi.

31 mai : Goa devient le 25e Etat.

29 juillet : après l’accord entre le gouvernement sri-lankais et les Tamouls, contesté par les Tigres, l’Inde envoie une force de maintien de la paix dans le nord de l’île, jusqu’en mars 1990.

1988. Décembre : Rajiv Gandhi effectue un voyage officiel en Chine, le premier depuis trente-quatre ans.

1989. 1er décembre : la coalition du Front national, victorieuse contre le Parti du Congrès aux élections, nomme M. Vishwanath Pratap Singh (Janata Dal) premier ministre.

1990. 19 janvier : le Jammu-et-Cachemire est placé sous le contrôle direct de New Delhi.

Août : M. V. P. Singh applique le rapport Mandal en faveur des basses castes.

9 novembre : M. Chandra Shekhar succède à M.V. P. Singh à la tête du gouvernement.

1991. 21 mai : Rajiv Gandhi est tué à Madras par un Tigre tamoul.

Juin : victoire du Parti du Congrès aux élections législatives ; le gouvernement est dirigé par Pamulaparthi Venkata Narasimha Rao.

1992. 29 janvier : établissement de relations diplomatiques entre l’Inde et Israël.

6 décembre : la destruction de la mosquée d’Ayodhya par des extrémistes hindous est le point de départ d’affrontements violents (1 200 morts).

1993. Janvier : les violences entre hindous et musulmans dans les bidonvilles d’Ahmedabad et de Bombay font 2 000 victimes.

1994. Décembre : accord de coopération militaire entre l’Inde et la Russie. Frictions indo-pakistanaises au Cachemire.

1996. Janvier-mars : accusés de corruption, sept ministres du gouvernement de P. V. Natasimha Rao démissionnent.

Mai : après un bref passage (13 jours) de M. Atal Bihari Vajpayee (Bharatiya Janata Party, BJP) à la tête du gouvernement, M. Deve Gowda (Janata Dal) devient premier ministre.

1997.Avril : accord avec le Bangladesh sur le partage des eaux du Gange.

14 juillet : un intouchable, Kocheril Raman Narayanan, devient président de la République.

4 décembre : dissolution du Parlement.

1998. Mars : victoire du BJP aux élections législatives anticipées.

Mai : l’Inde puis le Pakistan procèdent à des essais nucléaires, entraînant un embargo occidental.

1999. 20-21 février : visite de M. Vajpayee au Pakistan.

Avril : dissolution du Parlement.

Mai-juillet : guerre indo-pakistanaise dans la région de Kargil, au Cachemire.

8 octobre : retour de M. Vajpayee après la victoire électorale des nationalistes hindous.

2000. Mars : visite de M. William Clinton, la première d’un chef d’Etat américain depuis 1978. Création de trois nouveaux Etats : Uttaranchal, Jharkhand et Chhattisgarh.

Août : visite du président russe Vladimir Poutine, et signature d’un accord de partenariat stratégique.

2001. 13 décembre : attentat-suicide contre le Parlement fédéral de New Delhi. Tensions entre le Pakistan et l’Inde.

2002. Février-mars : nouveaux affrontements entre hindous et musulmans dans le Gujarat (plus de 550 morts musulmans, 100 du côté hindou).

18 juillet : M. Abdul Kalam, musulman, devient président.

2003. Juin : l’Inde et le Pakistan rétablissent leurs relations diplomatiques. New Delhi reconnaît la souveraineté de la Chine sur le Tibet, et Pékin celle de l’Inde sur le Sikkim.

2004. 5 janvier : M. Pervez Moucharraf et M. Vajpayee adoptent à Islamabad une déclaration commune pour la reprise d’un dialogue.

Mai : victoire du Parti du Congrès, dirigé par Mme Sonia Gandhi, aux élections législatives. M. Manmohan Singh, sikh, devient premier ministre.

2005. Avril : ouverture d’une ligne d’autobus entre les parties indienne et pakistanaise du Cachemire.

2006. Mars : les Etats-Unis signent un accord stratégique de coopération nucléaire civile, levant l’embargo existant depuis 1998.

11 juillet : attentats dans des trains et des gares, à Bombay (200 morts). Les autorités accusent les islamistes basés au Pakistan.

Novembre  : visite du président chinois Hu Jintao.

2007. Février : explosion de bombes à bord du « train de l’amitié » reliant l’Inde au Pakistan (67 morts).
Olivier Pironet, Le monde diplomatique, août 2007.